Qu’est-ce qu’un écosystème pour l’innovation et l’esprit d’entreprise ?

Introduzion

Les nouvelles entreprises sont des générateurs essentiels d’innovation et de progrès économique. Mais qu’est-ce qui favorise l’émergence et la croissance de ces entreprises ? Il est certainement vrai que l’esprit d’entreprise axé sur la croissance et l’innovation est influencé par les conditions nationales, mais les moteurs vont bien au-delà.

Définition de l’écosystème

Pour définir l’écosystème d’innovation, il est nécessaire de partir de trois composantes et de les combiner pour bien comprendre sa signification : l’innovation, le système et l’écosystème.

Le concept d’innovation a une longue histoire conceptuelle avec de nombreuses connotations et dénotations fluides, mais il peut être résumé comme le résultat d’un processus qui conduit à un degré de nouveauté dû à un changement et à un degré d’utilité ou de succès dans l’application de quelque chose de nouveau.

Le concept d’écosystème trouve son origine dans le domaine de l’écologie et est défini comme une communauté dynamique en co-évolution composée de différents acteurs qui créent et capturent une nouvelle valeur par des mécanismes d’interaction compétitifs et collaboratifs.

Il s’ensuit que l’écosystème d’innovation est l’ensemble évolutif d’acteurs (entreprises, organisations privées, entités gouvernementales), d’activités et d’artefacts (produits/services/technologies), d’institutions (politiques, réglementations) et de leurs relations, qui se combinent pour réaliser une proposition de valeur globale pour l’ensemble de l’écosystème (Adner, 2017). Selon cette logique, les écosystèmes permettent de créer une valeur qu’aucune entreprise ne pourrait créer seule.

Principes de base

L’adoption d’une approche écosystémique de l’innovation reconnaît donc que :

Un écosystème d’innovation est composé de différents acteurs, de relations (non causales) et de ressources capables de transformer une idée innovante en un impact transformateur à grande échelle.

L’efficacité de chaque partie de l’écosystème est influencée par les autres parties (par exemple, les entrepreneurs dépendent de leur capacité à accéder à des financements).

Le changement dans une partie de l’écosystème entraîne des changements dans d’autres parties de l’écosystème, créant ainsi de fortes interdépendances entre les parties (par exemple, une connectivité Internet accrue accélérera la conception et l’essai de nouvelles technologies).

Les étapes de l’évolution de l’écosystème d’innovation

Les écosystèmes d’innovation et d’entrepreneuriat peuvent être représentés par un cycle de vie composé de quatre phases, chacune identifiable par un ensemble différent de caractéristiques, de défis et d’objectifs.

La première phase d’activation se caractérise par une expérience de démarrage limitée en termes de connaissances des entrepreneurs, d’investisseurs expérimentés, de conseillers et de mentors et de comportement de la communauté capable de soutenir le succès des jeunes entreprises. L’objectif de cette phase doit donc être la définition de programmes ciblés visant à accroître l’esprit d’entreprise, à favoriser un sentiment de communauté locale pour créer des connexions entre les acteurs et à étendre la contribution des formes de financement dédiées pour fournir des capitaux aux entreprises embryonnaires.

Dans la phase de mondialisation, il y a plus d’expérience dans le lancement d’entreprises et une série de déclencheurs (expériences entrepreneuriales qui agissent comme des déclencheurs) se sont développés avec une large résonance qui conduit à l’attraction des ressources nationales (entrepreneurs, talents, investisseurs) d’autres écosystèmes qui passent par la phase précédente, mais qui se tournent vers les écosystèmes mondiaux. Il est donc nécessaire de se concentrer sur l’augmentation de la connexion avec les fondateurs des meilleurs écosystèmes, qui est le facteur de succès qui définit le potentiel d’extensibilité d’un écosystème, et sur le soutien (financier) des start-ups qui sont capables d’augmenter leur présence initiale sur le marché mondial.

Dans la phase d’attraction, le nombre d’exemples de réussite augmente à l’échelle mondiale, formant dans certains cas des licornes avec des sorties de plus d’un milliard de dollars, ce qui produit une attraction mondiale pour des ressources supplémentaires. À ce stade, il est nécessaire de tirer parti de ces ressources pour élargir considérablement la taille de l’écosystème, combler les lacunes restantes et orienter l’attraction par des programmes politiques bien conçus.

Au stade final de l’intégration, l’écosystème devient autonome grâce à une forte connexion mondiale et à un flux de connaissances au sein de l’écosystème qui permet à ses entreprises de rester intégrées dans le tissu mondial et de produire des modèles commerciaux de pointe et les compétences nécessaires pour atteindre un niveau mondial élevé. Afin d’intégrer de manière stable et durable l’écosystème dans les flux mondiaux, nationaux et locaux de ressources et de connaissances, il est nécessaire d’optimiser les lois politiques pour soutenir la compétitivité et la croissance de l’écosystème et en diffuser les bénéfices (culture, source de compétitivité, capital, innovation) à d’autres secteurs de l’économie et à d’autres parties de la nation.

L’évaluation des écosystèmes d’innovation

Comme l’a souligné Michael Porter à propos des secteurs traditionnels, la taille d’un écosystème a une influence majeure sur ses performances. Cela est dû à une série d’effets de réseau tels que l’impact économique de chaque entreprise innovante supplémentaire au sein de l’écosystème augmente avec la taille de l’écosystème.

Il en va de même pour l’écosystème de l’innovation, comme le montrent les recherches menées par Startup Genome1. Selon cette étude, dans un écosystème de 1 000 startups, chaque startup ajoute en moyenne 5,1 millions de dollars de valeur économique, dans un écosystème de 2 000 startups, chaque startup ajoute 6,9 millions de dollars, dans un écosystème de 3 000 startups, la valeur de chacune augmente à 10,6 millions de dollars, et ainsi de suite. En utilisant une règle empirique sommaire, on peut dire que des écosystèmes 3 fois plus grands produisent 5 fois plus de valeur économique, ce qui équivaut à une croissance exponentielle par un facteur de 1,7. De même, un écosystème qui perd la moitié de ses entreprises pourrait perdre plus de la moitié de la valeur économique précédemment créée. À partir de cette simple analyse, on peut comprendre l’importance de créer et de maintenir des écosystèmes d’innovation viables.

1 Startup Genome est le premier conseiller mondial en matière de recherche et de politique auprès d’organismes publics et privés désireux d’accélérer le succès de leur écosystème de startups.

italiacamerun Aedic association

A.E.D.I.C.
Cameroun - Yaoundé
Italie - Gorizia

fr_FRFrançais