Aspects douaniers dans les opérations d'import-export

Principales nouveautés du nouveau code des douanes

Le nouveau code des douanes communautaire établi par Règlement (UE) n° 952 du 9 octobre 2013.Elle établit et définit la législation applicable aux importations et exportations de marchandises entre la Communauté et les pays tiers. Il a également été mis en conformité avec la Convention internationale pour la simplification et l'harmonisation des régimes douaniers et la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.

Cette mesure contient un certain nombre d'innovations par rapport au précédent règlement n° 2913/1992, notamment l'introduction de l'informatisation de nombreuses procédures et la rationalisation des systèmes de contrôle.

La dette douanière

La notion de dette douanière est donnée par la Code des douanes communautaire qui le définit comme l'obligation pour une personne physique ou morale de payer le montant des droits d'importation et/ou d'exportation, qui sont bien sûr applicables selon les dispositions communautaires prévues pour une marchandise donnée.

Une distinction préliminaire doit être faite entre le concept de relation juridique et douanière de l'actuel dette douanière. En effet, la première n'entraîne pas, en soi et lorsque la procédure est respectée, l'obligation de payer des droits de douane, mais se réfère simplement à l'ensemble des obligations que le détenteur des marchandises doit assumer en vertu du droit national et communautaire.

Comme pour toutes les obligations civiles, l'obligation fiscale douanière s'établit entre deux (ou plusieurs) parties, dont l'identification est cruciale pour déterminer contre qui la créance fiscale est née.

Dans la relation douanière, deux catégories de sujets sont nécessairement distinguées :

  • le site sujet actif (l'État par l'intermédiaire de l'Agence des douanes), qui a le droit d'exiger le bénéfice fiscal, et qui est donc l'État dont la taxe douanière, par son essence et ses finalités économiques, est une manifestation typique du pouvoir souverain ;
  • le site personne imposable (importateur ou exportateur), la personne qui est tenue de payer la dette douanière, c'est-à-dire le paiement des droits d'importation ou d'exportation ; elle est identifiée dans le propriétaire des marchandises. Il en découle la relativité des droits d'obligation puisque le propriétaire ne peut exiger l'exécution que contre la personne du débiteur qui doit être déterminée ou déterminable au moment où naît l'obligation. 

Le fait générateur de l'assujettissement à la taxe douanière est donc le dépôt de la déclaration écrite de mise en libre pratique des marchandises soumises aux droits d'importation ; le placement de ces marchandises en admission temporaire en exonération partielle des droits.

Dans ce cas, l'obligation naît au moment de l'acceptation de la déclaration en douane concernant la transaction en question.

Structure du tarif intégré des Communautés européennes

Une analyse de la classification douanière des marchandises ne peut certainement pas manquer d'aborder aussi la Tarif intégré des Communautés européennes (TARIC). La raison en est que le tarif en question est basé précisément sur la nomenclature combinée dont il a été longuement question au début de ce chapitre. En ce qui concerne les objectifs, il convient de noter que les TARIC (Consultation TARIC) a pour fonction de collecter, d'échanger et de publier de manière optimale des informations sur les statistiques du commerce extérieur de la Communauté. Sans surprise, son objectif est de faire connaître toutes les dispositions de la réglementation communautaire qui s'appliquent lorsqu'un produit est importé/exporté du territoire douanier tel que défini à l'art. 4 de la Règlement (UE) n° 952/2013 (CDU). Il est publié annuellement par leOffice des publications officielles de la CEToutefois, les modifications apportées à la législation européenne sont enregistrées dans une base de données mise à jour en permanence et transmises par voie électronique à tous les États membres. Le TARIC n'ayant pas de valeur juridique, il faut, en cas de litige, se référer aux différents règlements et dispositions normatives qui constituent sa base juridique. Afin de présenter sa structure, il est brièvement rappelé qu'elle est basée sur la Nomenclature Combinée, dont le code comporte huit chiffres et reflète pleinement le Système Harmonisé, qui en comporte quatre. 

Son codage consiste donc à dix caractèresIl identifie également le type de droit appliqué et peut être complété par quatre chiffres supplémentaires constituant le numéro d'identification de l'entreprise. code additionnel. En ce qui concerne l'application du TARIC, il convient de noter que, pour les importations, il est toujours utilisé. En revanche, pour les opérations d'exportation et les échanges intracommunautaires, le code à huit chiffres qui compose la nomenclature combinée peut être utilisé.

En conclusion, il est rappelé que la Nomenclature Combinée (NC) constitue la base de la déclaration des marchandises :

  • l'importation ou l'exportation, ou
  • lorsqu'ils font l'objet de statistiques sur le commerce intra-Union.

Cela détermine le taux de droits de douane applicable et la manière dont les marchandises sont traitées à des fins statistiques. La NC est donc un outil de travail essentiel pour les entreprises et les administrations douanières des États membres..
La nomenclature combinée (NC) a été établie par le règlement (CEE) n° 2658/1987 du Conseil relatif à la nomenclature tarifaire et statistique et au tarif douanier commun. Il est mis à jour chaque année et est publié en tant que règlement d'application de la Commission dans le Journal officiel de l'Union européenne. Journal officiel de l'Union européenneSérie L.
La dernière version est désormais disponible en tant que règlement d'exécution de la Commission (UE) 2018/1602 dans le JOUEL 273 du 31 octobre 2018 et s'applique à partir du 1er janvier 2019.

La procédure de dédouanement

La procédure douanière normaleapplicable à la généralité des opérateurs, permet d'assigner aux marchandises l'un des régimes douaniers autorisés par la législation communautaire et de déterminer les droits de douane à acquitter et les obligations qui en découlent. Elle peut être schématisée comme suit :

  • présentation à la douane des marchandises et de la déclaration en douane ;
  • l'enregistrement de la déclaration ;
  • le paiement des frais ;
  • le contrôle de la déclaration et des documents qui y sont joints ;
  • une éventuelle vérification physique des marchandises ;
  • la mainlevée des marchandises.

Outre les zones douanières, l'opération peut également être réalisée dans les locaux de l'entreprise, moyennant le paiement d'indemnités "hors circuit".

L'information sur le tarif contraignant

Étant donné que le système de classification des marchandises présente souvent des difficultés, notamment pour certains produits appartenant à de nouvelles technologies ou à des produits dérivés, comme c'est le cas des produits chimiques, par exemple, l'opérateur économique peut obtenir de la part de lAutorité douanièrel'attribution du code correspondant et éviter ainsi l'imposition de sanctions administratives.
On peut donc en déduire que l'objectif de laRenseignements tarifaires contraignantsci-après dénommé - ITV - est de surmonter les incertitudes, d'assurer une indication tarifaire précise et de faciliter la tâche des opérateurs dans l'application d'une législation douanière complexe.
Les moyens par lesquels la partie intéressée peut demander un RTC vont maintenant être expliqués et, à cet égard, les dispositions de l'UE du CDH relatives au sujet considéré seront prises en compte.
Le RTC est valable pendant trois ans à compter de la date de sa délivrance, qui est gratuit e sans timbresauf que les frais engagés par l'administration pour des analyses ou des expertises d'échantillons peuvent être mis à la charge du demandeur.

Forme et contenu de la déclaration en douane

Toutes les opérations douanières doivent être précédées d'un déclaration à faire avec l'observation de certaines formes et règles. Il convient de souligner que cette manifestation de volonté produit des effets pertinents sur le plan juridique entre les parties, susceptibles de donner lieu à certaines obligations de la part de l'assujetti, qui diffèrent selon le régime douanier choisi. L'procédure La procédure qui se déroule auprès de la douane territorialement compétente commence, en fait, avec le dépôt de la déclaration.
Tout d'abord, il convient de rappeler que le déclarant peut être soit le propriétaire des biens lui-même, soit son représentant. 
Nous pouvons donc identifier les sujets suivants :

  • le propriétaire de la marchandise ;
  • le représentant du propriétaire ce qui peut être :
    • un employé agissant en son nom propre et pour le compte du propriétaire (représentation indirecte), dotés de pouvoirs spéciaux et non inscrits dans un registre. Il opère donc sous la responsabilité du propriétaire de la marchandise.
    • Le commissionnaire en douane agissant au nom et pour le compte du principal obligé (représentation directe).

La déclaration doit contenir les informations suivantes :

  • identité et domicile du déclarant et du propriétaire des biens ;
  • le lieu d'origine, la provenance et la destination ;
  • le nombre et l'espèce des paquets ;
  • description complète : qualité, quantité, nom commercial, classification douanière ;
  • la valeur des biens ;
  • la douane de sortie, si elle est différente de la douane de délivrance.

Il appartient également au déclarant d'indiquer le montant des taxes individuelles perçues sur les biens et le montant à payer ou à garantir.
L'administration douanière italienne a récemment préparé leEDI (Échange de données informatisées) pour la transmission des déclarations en douane.

La valeur en douane et la base d'imposition des droits

Pour l'établissement de la taxe et l'application des règles économiques, il est particulièrement important, outre la détermination de l'origine, de déterminer la valeur des marchandises déclarées à l'importation.
La règle générale en vertu de laArticle 70 du code des douanes concernant la valeur en douane des marchandises importées précise, aux fins du calcul des droits, que la valeur en douane correspond à la valeur transitoire, c'est-à-dire au prix effectivement payé ou à payer pour les marchandises.
Nonobstant ce qui précède, le même article prévoit dans les paragraphes suivants un certain nombre de critères d'évaluation. Un point central est que la détermination du prix doit être faite en fonction de la règle de la négociation sans lien de dépendance. En effet, si l'autorité douanière constate et, donc, prouve que la valeur de la facture est fausse, elle peut contester ce montant et, donc, attribuer la valeur appropriée pour le calcul des droits.
Pour le calcul de la base imposable, les conditions de livraison adoptées par les parties et indiquées sur la facture sont importantes. Ceux-ci, en fait, représentent des éléments de coût en tant que services liés au commerce international.

Procédures douanières simplifiées

Il a été question des exigences douanières dont la réglementation affecte inévitablement le commerce entre l'UE et les pays tiers. 
Il est maintenant proposé d'analyser les trois catégories de procédures simplifiées préparées par le législateur européen et, en fait, pas encore suffisamment connues par le monde des affaires.

Déclarations en douane et déclarations simplifiées

D'une manière générale, la nouvelle législation douanière de l'UE prévoit des déclarations standard et des déclarations simplifiées. 

  • Nouvelle procédure de déclaration "normale dans les lieux autorisés" (art. 139 et 162 PTOM), remplaçant la procédure de dédouanement du code précédent.
  • Déclaration normale (Arts. 162-165 CDU) :
    • la nécessité pour ces déclarations de contenir toutes les données et informations nécessaires requises pour le régime en question reste inchangée ;
    • La gestion des documents d'accompagnement nécessaires à l'application des dispositions régissant le régime pour lequel les marchandises sont déclarées change considérablement : leur jonction obligatoire à la déclaration n'est plus requise, leur possession par le déclarant étant suffisante, qui ne devra les fournir à l'autorité douanière que si la réglementation communautaire l'exige ou en cas de contrôle.
  • Déclaration simplifiée (Art. 166-167 CDU, Art. 145 RD, Art. 223-224 RE, Art. 16 GDR) ;
  • Compléter la déclaration pour les marchandises classées dans des sous-positions tarifaires différentes (art. 177 CNUCED, art. 228 RI).
  • Dédouanement centralisé (art. 179 CDU, art. 149 RD, art. 229-232 RE, art. 18-20 GDR) : 
  • Inscription dans les registres du déclarant (art. 39 et 182 CDU, art. 146-150 RD, art. 233-235 IR, art. 21 GDR).

Importation/Exportation

La demande doit être présentée en relation avec lieu où sont détenus les principaux comptes douaniers du demandeur.
Si elle est présentée par un Centre d'assistance douanière (CAD), elle doit également être adressée à une direction interrégionale/régionale/interprovinciale (qui prend l'initiative de l'enquête). Dans ce cas, et dans tous les autres cas où la demande est présentée par des personnes autres que les titulaires d'autorisation, elle doit être accompagnée d'éléments justifiant l'utilisation du lieu en raison du volume des opérations à réaliser et excluant son caractère occasionnel.
La procédure d'octroi de l'approbation du site doit être conclue dans les 60 jours à compter de la date d'introduction de la demande.
Depuis le 1er mai 2016, il s'agit de la nouvelle procédure de déclaration "normale aux endroits autorisés" adoptée par la douane.

Exportation

Pour la présentation à un lieu autre que la douane de marchandises de l'UE destinées à l'exportation, le lieu doit être approprié pour effectuer les contrôles douaniers.

La demande d'approbation du lieu d'exportation peut être produite par :

  • les déclarants qui effectuent en permanence des opérations d'exportation sur le lieu à agréer, pour autant qu'ils disposent du titre légal d'utilisation du lieu pour la présentation des marchandises ;
  • les propriétaires d'entrepôts douaniers et d'installations de stockage temporaire, les sociétés exploitant des plates-formes logistiques qui mettent des espaces à la disposition des déclarants pour effectuer des contrôles douaniers.
italiacamerun Aedic association

A.E.D.I.C.
Cameroun - Yaoundé
Italie - Gorizia

fr_FRFrançais